Le Projet Pédagogique

Notre école, avant toute proposition pédagogique, souhaite en priorité que vos enfants soient heureux, épanouis, équilibrés, joyeux.

DSC06515Pour cela, nous mettons en place des ambiances de travail avec des âges mélangés, source d’apprentissage, d’échanges, de coopération, de responsabilisation et de créativité. Le point de départ de chaque apprentissage est le désir de l’enfant. Ses centres d’intérêt, ses expériences, ses rencontres ou questionnements guident l’éducateur dans ses propositions pédagogiques. Des matériels didactiques très spécifiques, celui élaboré par Maria Montessori comme celui de Célestin Freinet, sont présentés aux enfants en fonction du stade d’apprentissage où ils en sont. L’environnement joue un rôle primordial : à l’intérieur comme à l’extérieur, la liberté de mouvement est privilégiée, les classes sont aménagées pour que les enfants puissent être autonomes et en sécurité.

« La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, processus essentiel de l’École, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle ». Célestin Freinet

L’Ecole de Pérignac est basée sur 2 courants pédagogiques

  1. L’éducation nouvelle
    Ce courant pédagogique crée des situations où chacun.e, enfant, adolescent, adulte, en prenant conscience de son milieu de vie, peut se l’approprier, en étant lui-même acteur.trice de ses apprentissages, le faire évoluer, le modifier, dans un but de progrès individuel et social. Elle sous-entend que l’éducation se fait tout au long de la vie et n’est pas figée à un moment donné, dans le temps dit « scolaire », entre autres. L’éducation est de tous les instants. Elle se fait en tout lieu, tout le temps.
  2. L’éducation active
    L’éducation active est un processus complexe mobilisant les savoirs, les compétences et les potentiels d’action dont les individus et les groupes en situation d’apprentissage sont capables. Les méthodes actives privilégient l’engagement personnel, l’expérimentation, la coopération et la confrontation constructive. Elles font vivre aux participant.e.s des situations d’apprentissage où il.elle.s exercent leur autonomie, leur esprit critique et leur créativité, seul.e ou à plusieurs. Ainsi, l’éducation active crée une interactivité entre les individus, les groupes, l’expérimentation et le savoir théorique ; elle permet de développer des compétences directement adaptées au contexte, à l’environnement et aux objectifs présentés dans le projet pédagogique.

 

Les différents objectifs du Projet Pédagogique

Permettre aux enfants de s’évaluer seul.e et à l’aide du groupe

Afin de conforter notre positionnement sur l’autonomie de l’enfant et sur sa capacité à réfléchir et à apprendre par lui même, ou avec ses pairs, une partie des ateliers est autocorrectif. C’est à dire que les enfants, après avoir effectués leurs travaux, vérifient et se corrigent si nécessaire.
Lors de moments de travail en groupe, les enfants sont amenés à expliquer leurs réponses ce qui permet aux autres enfants de vérifier et corriger leur travail et/ou argumenter sur un autre choix de réponses.

Les enfants peuvent parfois travailler en binôme. L’éducateur.trice évalue au moment du passage des ceintures en fonction des objectifs de la ceinture désirée et après entraînement de l’enfant. 

« Les ceintures » est un outil de la pédagogie institutionnelle mis en place par Fernand Oury. Cet outil permet de :

  • valoriser les réussites
  • coopérer entre enfants
  • connaître les compétences de chacun.e
  • se situer par rapport aux attendus des cycles 2 et 3

Les ceintures sont déclinées par domaines de compétences. Les enfants du cycle 1 (3-5 ans) pourront passer des ceintures mais cela ne sera pas l’outil d’évaluation centrale, la matériel auto-correctif se suffisant à lui même. 

Guider les enfants dans leurs apprentissages

L’éducateur.trice est un.e pédagogue. Son rôle est d’amener l’enfant aux savoirs. Pour cela différents moyens sont utilisés. 

Les différentes postures de l’éducateur.trice, les quatre FAIRE

  1. Amener à FAIRE : Les aménagements des espaces permettent aux enfants d’être sollicités sur des thématiques en lien avec le socle commun. Ils peuvent choisir seul dans le matériel déjà présenté et les espaces aménagés.
  2. Laisser FAIRE : Les enfants peuvent choisir des thématiques pour préparer, seul.e ou à plusieurs, des exposés. Ils sont libres de s’organiser des jeux lors de la récréation.
  3. Faire FAIRE : L’éducateur.trice, en fonction des connaissances acquises par l’enfant, se sert du plan de travail pour diriger l’enfant vers des apprentissages. Des ateliers permettant de travailler avec du concret et de l’abstrait sont proposés. Des métiers sont choisit et effectués.
  4. FAIRE avec : L’éducateur.trice est intégré dans les projets des enfants et joue le même rôle de collaborateur.trice. Il.elle participe aux ateliers de l’après-midi.

Se servir des projets comme support d’apprentissage

Chaque enfant à un rythme différent dans les apprentissages. Apprendre c’est acquérir par la recherche, par l’expérimentation, une connaissance. C’est réussir à créer une image dans sa tête de l’information à retenir, c’est la lier à d’autres, y mettre du sens, faire des liens logiques mais aussi intuitifs, et pouvoir si on le souhaite, exprimer le tout, transmettre à l’autre les connaissances apprises, par oral, par écrit, à l’aide de gestes. C’est connaître son fonctionnement, être disponible intérieurement, connecter sa tête, ses émotions, son corps et s’ouvrir au monde.
Pour se faire, l’équipe propose différentes portes d’entrées pour que l’apprenant.e s’approprie son savoir, en tenant compte des intelligences verbales, logico-mathématiques, kinesthésiques, visuo-spatiales, émotionnelles,… Elle porte un regard positif sur les troubles des apprentissages et de par son approche tête/cœur/corps, offre aux dyslexiques et «dys»fférents, aux précoces, aux enfants souffrant de trouble de l’attention, à chacun, la possibilité d’exprimer ses talents, son potentiel, en permettant de choisir son mode d’apprentissage privilégié.
L’équipe éducative est partie du postulat que pour retenir, il faut comprendre et pour cela, il est nécessaire d’être en projet: être intéressé.e, enthousiasmé.e par ce qu’il y a à découvrir et pouvoir le découvrir à sa manière pour se l’approprier. Ainsi, les apprentissages prennent sens grâce aux projets menés par les enfants. C’est en manipulant, en créant que le sens arrive, d’autant plus si l’action et la manipulation permette une action concrète et réelle. Ce peut être par exemple, l’envie de correspondance avec d’autres ou la participation à la rédaction du journal de l’école. Pédagogiquement, cette action peut notamment permettre de développer une grande motivation pour écrire et lire.
L’équipe éducative souhaite favoriser les apprentissages naturels, sources de joie et de plaisir. Ces moments d’apprentissages informels se mettent en place, de manière inattendue, lors d’un jeu, d’une réflexion, d’un échange, …Elle met à disposition des enfants un lieu riche en expérimentations, en recherches potentielles, où ils peuvent mener leurs enquêtes, créer et s’ils le souhaitent utiliser du matériel de manipulation, notamment du matériel « Montessori » mis à disposition, des jeux, des boîtes à outils méthodologiques ou émotionnelles, mais aussi profiter des richesses du monde du vivant, grâce à la proximité de la nature.

Agir dans notre quotidien pour faire de notre école un lieu éco-responsable

Il est important dès le plus jeune âge de créer un lien positif avec la nature, et que celui ci perdure à l’age adulte. Être une école eco-responsable c’est offrir un lieu qui respecte la nature, via un lien quotidien avec elle.

  • Cela passe par des actions de sensibilisation,  toute au long de l’année :
    la mise en place d’habitudes écologiques au quotidien, qui deviendront des réflexes comme par exemple la gestion des déchets dans l’ensemble de l’école (tri sélectif, réduction des déchets) ;
  • favoriser le co-voiturage dans les trajets du quotidien et lors de nos sorties ;
  • un respect de la nature lors de nos activités et sorties à l’extérieur de l’école ;
  • des projets, issus de consultations (enfants, parents, éducateur.trice.s) et visant à réduire l’impact de l’école sur l’environnement. Ces projets pourront inciter au dialogue avec les acteur.trice.s du territoire et à se questionner sur nos modes de fonctionnement.

Permettre aux enfants de se découvrir et apprendre à travers une vie collective de qualité

L’expérimentation démocratique dans l’école en est un rouage essentiel, elle permet à chacun d’être un.e participant.e actif.ve de la vie de l’école, de cette mini société. Ici, chacun.e a son mot à dire dans la vie et l’organisation de l’école. L’adulte n’impose pas le fonctionnement, c’est l’ensemble des membres de cette mini société qui le créé et le transforme au fur et à mesure des adaptations nécessaires. L’adulte est le.a régulateur.trice, il.elle veille à ce que chacun.e soit reconnu, pour que chacun.e puisse à son tour reconnaître l’autre. Au sein de l’école, le cadre, la structure se mettent en place au fur et à mesure des interactions et s’ajustent au fur et à mesure des besoins de chacun.e. Ceci afin d’aboutir à un bien vivre ensemble. Cette réflexion est menée au quotidien avec les enfants. Les décisions sont prises collectivement, le plus possible à l’unanimité, pour ne pas laisser une minorité insatisfaite mais parvenir à un consensus, où après avoir fait d’éventuels compromis, chacun;e accepte la décision finale.
Par ailleurs, ces décisions ou règles de fonctionnement sont là pour répondre aux besoins du moment. Elles se mettent naturellement en place et évoluent en fonction des nécessités quotidiennes : elles peuvent être modifiées ou devenir obsolètes selon l’évolution du système social que forment les membres de l’école. Le but est d’offrir un sentiment de sécurité à chacun et promouvoir un climat de bienveillance collective.
Pour ce faire, un conseil a lieu, chaque vendredi, réunissant les enfants, les adultes référents des groupes et les volontaires en Service civique. Le moment de conseil est présidé par un.e adulte dans un premier temps et peut être présidé par un enfant par la suite. Il est ritualisé, a un ordre du jour précis et se déroule toujours de la même façon. Les sujets à aborder sont notés dans le « cahier de conseil », outils permettant de préparer celui-ci.
Les enfants découvrent l’écoute active, développent leurs capacités de communication, en s’inspirant de la communication non violente, de la notion de message clair, et ce, au quotidien. Aucune forme de non-respect/agression n’est tolérée (physique, verbal ou psychologique). L’adulte est là pour veiller.
Un conseil de paix permet en cas de conflit (mise en danger du bien vivre ensemble) non résolvable sur l’instant, une médiation entre les membres de l’école. Il est mis en place pour éclaircir les besoins des protagonistes et les ajustements nécessaires pour permettre une gestion saine du conflit. Au niveau de l’organisation, il s’inspire des médiations à l’aide du message clair: 2 accompagnant.e.s soutiennent les protagonistes, accompagné.e.s d’un.e adulte médiateur.trice. Tout membre de l’école peut faire appel au conseil de paix. Lors du conseil de paix, chacun.e fait part de son point de vue. Le conseil de paix aide les protagonistes du conflit à prendre de la distance et ainsi sentir, se rendre compte de l’implication de chacun.e dans le problème. La médiation permet de reconnaître le besoin qui n’a pas été satisfait; ce n’est pas sur le comportement néfaste que l’on travaille: l’objectif n’est pas de le voir disparaître par le biais d’une sanction mais d’avoir pu mettre en lumière le besoin non satisfait qui a conduit à ce dysfonctionnement et permettre dans le futur à ce besoin d’être satisfait pour que le comportement dérangeant s’estompe.
Afin de s’ouvrir à l’autre et de le respecter, il nous semble essentiel d’être en mesure de mieux le comprendre. Savoir d’où il vient et quelles sont ses croyances permettent cette compréhension. Pour se faire, une découverte du monde, des religions et des temps d’échanges, «café-philo» sont proposés aux enfants.

« On prépare la démocratie de demain par la démocratie à l’école. Un régime autoritaire à l’école ne saurait être formateur de citoyens et de démocrates. »

Célestin Freinet

Proposer aux enfants des outils favorisant le bien être

Notre priorité est que les enfants soient confiants, épanouis, heureux, équilibrés et joyeux. Nous sommes convaincu.e.s que le collectif est une chance pour apprendre à se connaître soi – même et grandir.
Il nous paraît évident que pour apprendre il est nécessaire de se sentir bien. Il nous paraît également essentiel de permettre aux enfants de s’outiller correctement quant à la gestion de leurs émotions, de leurs relations afin de se sentir épanoui, serein et avoir l’envie d’apprendre. En fonction du bagage de chacun, cette gestion peut se révéler compliquée, difficile… Nous souhaitons donc Encourager / Accompagner l’expression des émotions quelles qu’elles soient. Mettre à disposition différents outils pour apprendre à les nommer, à les gérer.

Parce que la vie de groupe au quotidien peut parfois être oppressante, qu’il est important de prendre du recul pour ne pas se laisser envahir par ses émotions, l’équipe éducative pourra mettre en place des temps, créer des espaces plus intimes afin de permettre à l’enfant d’être seul. L’équipe éducative est vigilante quant à un équilibre entre différents types d’apprentissages et souhaite apporter des temps de respiration, de calme afin d’éviter toute surcharge mentale. Nous créerons des espaces, des temps de détente, de création.

Créer ou recréer du lien avec les habitant.e.s de Pérignac

L’école de Pérignac est une école située en milieu rurale dans les locaux de l’école publique. Dans une société où le lien humain est parfois mis de côté, il nous tient à cœur d’aller à la rencontre de celles et ceux qui nous entourent. Nous souhaitons rester ouvert afin d’éviter un « entre soi » et favoriser l’immersion dans la commune, dans le territoire. Chaque rencontre est l’occasion de s’enrichir et connaître le fonctionnement du village est une façon de s’impliquer dans la vie politique locale et d’être acteur.trice.
Pour cela, nous envisageons d’inviter les habitant.e.s lors d’évènements organisés par l’école (fêtes des saisons, marché de Noël, lotos, concerts…), d’aller à la rencontre des producteur.trice.s /artisan.e.s / acteur.trice.s locaux (visites de fermes, rencontre avec l’apicultrice, lien avec l’association Corps et ânes…).
Enfin, avons le souhait d’encourager la communication avec les habitant.e.s en créant un affichage lisible par tous et toutes dans la commune, de mettre à disposition / de distribuer le Petit Pérignac (journal de l’école), d’organiser des criées sur la place publique.

Intégrer le numérique à l’école pour le rendre accessible à tous et a toutes

L’école joue un rôle essentiel dans l’apprentissage du numérique et des sciences informatiques,. Le numérique imprègne désormais tous les aspects de notre vie sociale. Savoir s’en servir est  important, et doit ce faire de façon raisonnée et maîtrisé. Le rôle de l’école est d’accompagner dans cette transition, de donner du sens au monde qui nous entoure, en formant des citoyen.ne.s éclairé.e.s et actif.ve.s.

Cela implique, pour chaque élève, d’accéder à des informations, les vérifier en développant son esprit critique, construire et organiser ses savoirs, de développer un esprit d’initiative, en travaillant en mode projet et en mode collaboratif. Par ailleurs le numérique est au service des apprentissages  (langage, écriture, numération,,,,) et est transversale. La pratique du numérique au sein de l’école est faite dans une démarche d’investigation : questionnements, formulation d’hypothèses, recherches, tests, expériences. Le numérique favorise le développent de la collaboration, du partage et de la créativité, dans un environnement moderne et technique.

Laisser un commentaire